• Marie-Claude Déry

Douleur au niveau du tibia

Dernière mise à jour : 21 mars 2021



La pratique d’un nouveau sport est propice à l’apparition de nouvelles blessures. Si vous venez de constater que la douleur au niveau de votre tibia ne semble pas vouloir s’estomper, il est possible que vous souffriez d’une périostite tibiale.


Que vous soyez un coureur ou un randonneur, que vous pratiquiez le saut à la corde à danser ou que vous fassiez de l’aquaforme, du Zumba ou de la danse aérobique, vous êtes à risque de développer une inflammation des structures entourant le tibia. La raison est fort simple : ces exercices comportent des mouvements de sautillements. Il se produit alors une surutilisation des muscles tibiaux antérieurs et des muscles tibiaux postérieurs, qui se trouvent respectivement devant et sur le côté interne de votre tibia. Ces derniers sont responsables de soulever votre pied vers le haut et de pointer le pied vers le bas, en plus de supporter votre arche plantaire.


Qu’est-ce qu’une périostite?

Une périostite est une inflammation du périoste, qui constitue l’enveloppe de votre os. C’est une membrane dans laquelle nous retrouvons plusieurs nerfs et vaisseaux sanguins. Si nous prenons l’exemple du tibia, les muscles tibiaux antérieurs et postérieurs s’y attachent sur une longue portion et lorsqu’il y a une surcharge, le muscle exerce une tension extrême au niveau de son attachement sur l’os, causant ainsi une inflammation, appelée périostite. Cette condition est très douloureuse lors de l’exercice et au toucher. Si la surcharge persiste, cette condition peut évoluer en fracture de stress.


Pourquoi ai-je mal tout à coup?

Je suis à peu près convaincue que votre douleur n’est pas apparue soudainement. Cette condition se développe lorsqu’il y a une augmentation majeure de la demande musculaire, créant une surcharge au niveau de l’os. Il peut s’agir d’une augmentation trop rapide de votre volume de course, un changement dans la technique (courir sur la pointe des pieds), le port d’espadrilles inappropriées ou la transition trop rapide vers une semelle minimaliste, un exercice prolongé de sautillement continu (corde à danser, sautillement au fond d’une piscine, etc.…), une marche en montagne avec une côte très prononcée, et j’en passe. Ce n’est pas que l’exercice en soit ait été un mauvais choix, mais il est certain que vous l’avez pratiqué d’une façon trop intense à ce stade-ci de votre entraînement.




Et maintenant, je fais quoi?

Si vous reprenez l’exercice et que la douleur réapparaît, réagissez rapidement, sans attendre que votre condition ne devienne chronique. Un professionnel de la santé tel votre chiropraticien ou votre physiothérapeute (pour ne nommer que ceux-ci), sera en mesure d’évaluer et traiter cette condition, en plus de prodiguer les conseils appropriés. Peut-être avez-vous besoin d’un rafraîchissement sur votre technique de course, d’acheter de nouvelles chaussures plus appropriées à votre activité, d’arrêter momentanément l’exercice ou d’en diminuer l’intensité et/ou la fréquence, de changer complètement de sport, de perdre du poids afin de diminuer la demande biomécanique ou tout simplement d’un repos complet pendant quelques temps.


N’hésitez pas à me contacter si vous présentez une douleur au niveau du tibia. Ne faites pas l’erreur de persister dans votre entraînement afin d’accomplir un défi fixé en début de saison, vous en paierez cher les conséquences par la suite. Parfois, mieux vaut arrêter 6 semaines que d’arrêter 6 mois! Nous sommes là pour vous aider, bon été!



5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout