• Marie-Claude Déry

Jour 5, le sommeil

Dernière mise à jour : 7 mars 2021


Le défi augmente...





Il y en a pour qui ce fut difficile chaque jour cette semaine, pour d’autres cela débute ce soir: le vino du vendredi!


J’aborde donc un sujet qui touche pas mal de monde, LE SOMMEIL!


Il y en a qui “rush” avec leur sommeil cette semaine?


Et oui, les troubles de sommeil sont tellement répandus... il est d’ailleurs difficile d’en tenir les vraies statistiques puisque l’automédication avec des substances en vente libre en pharmacie, avec l’alcool et la marijuana est facilement accessible. Les gens ne vont pas nécessairement consulter leur médecin pour ça.


L’alcool est un "faux ami" du sommeil. Il crée un état d’endormissement et nous rend rapidement en sommeil profond. Par contre, il débalance les cycles de sommeils.

Pour la plupart, l’alcool nous amène directement en sommeil profond. Les phases normales sont donc désorganisées et il y a augmentation des réveils pendant la deuxième partie de la nuit, accompagné de plus de rêves et de cauchemars, ce qui fragmente les séquences de sommeil.


Il y a aussi une augmentation de l’activité du système nerveux sympathique chez les consommateurs d’alcool, en 2e portion de la nuit. Ce système nerveux est celui de l’éveil, de l’action, du mouvement... difficile de rester couché et endormi paisiblement...


Aussi, puisque notre foie doit métaboliser l’alcool et le sucre, on se retrouve bien souvent en hypoglycémie nocturne, ce qui cause les réveils et la baisse de qualité du sommeil.


Vous vous êtes déjà réveillé vers 4hres du matin en sueur? C’est le manque drastique de glucose sanguin!

  • Les gens qui utilisent l’alcool pour s’endormir plus facilement sont plus enclins à ressentir des endormissements pendant le jour. Ils sont en général plus fatigués et moins alertes.

  • Le cycle de l’automédication est pernicieux... les gens boivent pour s’endormir, ensuite ils consomment des stimulants pour se réveiller le jour (café, thé, boissons énergisantes). Puisque le soir venu, les effets des stimulants se font encore ressentir, ils ont recours à l’alcool pour les apaiser et les aider à trouver le sommeil.


Cela sonne des cloches à quelqu’un dans la foule?


Selon la « Sleep Foundation », la consommation d’alcool augmente également de 25% le risque de souffrir d’apnée du sommeil. De plus, par son effet sur les muscles de la gorge, l’alcool augmente le ronflement.


Toujours selon cette fondation, la qualité du sommeil est grandement affectée par la consommation d’alcool:

  • Basse consommation (Moins de 2 portions chez l’homme et 1 portion chez la femme / jour= baisse de 9,3% de la qualité du sommeil.

  • Modérée (2 portions chez l’Homme et 1 portion chez la Femme / jour = baisse de 24% de la qualité du sommeil.

  • Élevée (+ de 2 portions chez l’Homme et + d’1 portion chez la Femme / jour = baisse de 39,2% de la qualité du sommeil !!


Si vous ressentez des problèmes de sommeil depuis un certain temps, peut-être que dans quelques jours, vous verrez enfin votre cycle s’améliorer.


Ne lâchez pas, vous êtes bien partis, peu importe si vous avez « flanché » ou non, l’effort que vous faites est considérable pour votre santé.


Comme toujours, vos commentaires sont appréciés!


5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout